Projets collectifs

ANR EURASEMPLOI

Croissance et formes d’emploi : une comparaison eurasiatique de l’incertitude au travail

Résumé du projet

Ce projet analyse la relation entre la haute croissance économique, les mutations de l’emploi et les formes d’incertitude au travail que ces mutations engendrent. Regroupé autour de quatre institutions partenaires (Inalco, Université Paris Diderot, EHESS et Sciences Po), associant des historiens, des sociologues confirmés et des doctorants, spécialistes de plusieurs aires culturelles, il adopte une approche comparative à la fois dans l’espace et dans le temps. Il confronte en effet les configurations nationales chinoise, japonaise et française, ainsi que celles d’un certain nombre de pays du Comecon. La comparaison est également intertemporelle, entre la période de croissance des années 1950 à 1970 pour la France, le Japon et le Comecon, et l’ère qui s’est ouverte depuis les années 1980 pour la Chine.

Les quatre situations socio-historiques confrontées partagent un point commun, celui de bâtir un modèle productiviste laissant à l’État une place essentielle dans une régulation qui se veut simultanément économique et sociale. Pour comprendre et comparer les formes de « précarité » en situation de croissance liées à ce modèle, cette recherche souhaite apporter une vision plus complexe, plus « située » de la fragmentation et des hiérarchies du marché du travail, et surtout des incertitudes qui en découlent pour les catégories de travailleurs concernées. C’est pourquoi elle retracera la diversité des situations selon les industries et les formes d’emploi, en choisissant des secteurs qui, du point de vue de la problématique adoptée, présentent des cas paradoxaux et, par là même, « bons à penser » : les services à la personne, profondément remaniés au XXe siècle sous l’effet des mutations du travail, de la démographie et des structures de famille ; l’énergie avec les mines, symboles même de la dialectique entre risques intenses encourus par les salariés et régulation quasi-militaire de la main d'œuvre ; la production textile enfin, doyenne des secteurs industriels, mais aussi la première à avoir eu affronter la compétition mondialisée. Dans chacun de ces secteurs sera effectuée une exploitation à la fois quantitative et qualitative des suivis de trajectoires de vie au travail et des budgets et budgets-temps des ménages. De plus, dans chaque pays considéré, nous analyserons les catégories statistiques et d’économie politique utilisées par les acteurs et observateurs des relations du travail – syndicats et employeurs mais aussi experts, concepteurs d’enquêtes ou d’indicateurs sociaux – pour caractériser les formes d’incertitude sur le marché du travail.

Détailler l’hétérogénéité n’empêchera pas de dégager des régularités quant aux mécanismes construisant cette « précarité », et quant à ses cibles préférentielles. Nous montrerons et mesurerons combien le degré d’insécurité varie selon les types d’emploi ou de contrat de travail, le genre, le degré d’exposition à des risques (maladie, licenciement, accidents du travail), l’accès aux prestations sociales et le degré de régulation étatique (des professions ou des industries). Sur chacun des terrains nationaux étudiés, il s’agira ainsi de démontrer, de façon plus systématique que cela n’est déjà le cas dans la littérature existante, à quel point la classe ouvrière est plurielle à secteur d’activité, âge, genre et qualification donnés. Les processus de standardisation des formes d’emploi durant la phase de haute croissance n’ont pas produit une homogénéisation aussi avancée que celle que présuppose, pour la période suivante, la thèse de la « déstandardisation du travail », ce qui est une clé pour comprendre les hiérarchies actuelles du marché du travail.

Résumé en anglais

Site :   https://eurasemploi.hypotheses.org

Document(s) à télécharger

Ehess
CNRS

flux rss  Actualités

Aux sources des politiques sociales : décentrer l’histoire du welfare européen (XIXe-XXIe siècles)

Journée(s) d'étude - Lundi 5 novembre 2018 - 10:00Journée d'étude organisée par Eléonore Chanlat-Bernard (doctorante, CRH-ESOPP) et Federico del Giudice ((doctorant, CRH-ESOPP)Les échelles de la question sociale au XIXe siècle" est la première d'un cycle de trois journées d'étude organisé par Éléonore Chanlat-Bernard et Federico Del Giudice (doctorants EHESS, CRH-ESOPP) avec le soutien de l’IRIS "Études Globales" de l'université PSL et du Centre de recherches historiques de l'EHESS.Cette pre(...)

Lire la suite

Régulations économiques et sociales au XXe siècle

Journée(s) d'étude - Mercredi 4 avril 2018 - 09:00Le XXe siècle a été celui de la régulation économique et sociale de très grande ampleur, à l’échelle tant nationale que transnationale. Cette journée d’étude, organisée par Paul-André Rosental (Sciences Po-ESOPP), en abordera des aspects centraux (consommation, niveau de vie, protection sociale) dans un cadre comparatif entre Europe, États-Unis et Japon. Elle ne se contentera pas d’observer les modalités macropolitiques et macroéconomiques de(...)

Lire la suite

« Urgences » : ce que vaut le sauvetage de la vie humaine

Séance spéciale de séminaire - Mercredi 1 mars 2017 - 15:00Inscrits dans des logiques politiques et économiques, fondés sur des techniques et des savoirs médicaux, les dispositifs mis en place par les sociétés contemporaines pour porter secours aux individus en détresse vitale sont un observatoire de la valeur accordée aux vies humaines. Etudier les principes, ressources et pratiques des acteurs du secours, professionnels et bénévoles, permet de revenir sur l’élaboration de l’urgence comme c(...)

Lire la suite

ESOPP
Centre de Recherches Historiques - EHESS
54, boulevard Raspail
F-75006 Paris

Mail : esopp@ehess.fr

 

 

Illustrations :  ESOPP et CEDIAS-Musée social.

Dernière modification :
08 juin 2021 10h02