Espace doctorants et docteurs |

Doctorants

Jean-Hugo IHL

Doctorant

Coordonnées professionnelles

Campus Condorcet-Bâtiment EHESS
Centre Alexandre-Koyré (CAK)
2, cours des Humanités
93322 Aubervilliers
France

jean-hugo.ihl@ehess.fr

http://koyre.ehess.fr/index.php?3445

Membre du collège doctoral franco-allemand « Construire les différences : pratiques, récits, médias » (EHESS – Humboldt Berlin – TU Dresden)

 

Thèse en préparation

Une autre invention de la « race ». L’école de Vienne entre science et politique (1910-1960), sous la direction de Anne Rasmussen (EHESS) et Paul-André Rosental (Sciences Po)

Quels sont les arrière-plans des usages catholiques de la « race » bâtis par les anthropologues missionnaires au XXème siècle ? Telle est la question centrale qui anime ce projet doctoral consacré à l’histoire sociale et politique d’une des pages les plus méconnues de l’institutionnalisation de l’anthropologie comme discipline académique. Refusant l’évolution darwinienne, l’Eglise catholique a développé une science militante (ecclesia militans) proposant sa propre définition de la notion de « race ». Celle-ci, inspirée par la théologie, était censée délivrer une preuve ethnographique de Dieu (ethnologischen Gottesbeweis). Elle entendait démontrer l’existence de peuples proches de l’état de “création”, ce qu’elle appelle « les hommes des origines » (Urmenschen). Les missionnaires en charge de cette action firent un large usage des catégories raciales. Leur but : ouvrir une voie médiane opposée à la fois à l’école sociologique Durkheimienne et aux théories évolutionnistes. Pour ces prêtres, aucun peuple n’est supérieur aux autres ; « race » et « culture » expliquent néanmoins les différences entre groupes humains. Ce paradigme est loin d’être anecdotique. Il a eu une importance considérable dans le développement des missions savantes en Europe mais aussi aux Etats-Unis ou en Amérique latine. Durant les années 20 et 30, ces thèses missionnaires soutenues par le Vatican connaissent une circulation académique sans précédent. Leurs représentants s’intègrent à toutes les grandes sociétés d’anthropologie et y captent d’importants moyens.

Revenir sur les contextes et le développement de ce militantisme académique, c’est faire plus qu’une archéologie de l’anthropologie : c’est tenter de restituer une nébuleuse réformatrice (C. Topalov) qui connait depuis quelques dizaines d’années une nouvelle vigueur doctrinale. Ce monde de réformateurs sera ici appréhendé par la micro-histoire d’un réseau de savants au sein duquel les figures de Wilhelm Schmidt (1868-1954) et ses disciples Martin Gusinde (1886-1969), Wilhelm Koppers (1886-1961) et Paul Schebesta (1887-1967) constituent les pièces maitresses. Ces savants allemands – à la fois missionnaires et anthropologues – ont voulu réconcilier les contraires, ceux de la raison et de la foi, de la race et de l’universel, du catholicisme et des religions primitives. L’enquête sur ce réseau, patronné par le Saint Siège, offre l’occasion de découvrir un petit monde (D. Lodge), celui d’universitaires et d’”entrepreneurs de foi” étroitement liés aux fracas du siècle : rivalité des grandes puissances européennes, montée du nazisme, décolonisation, début de la guerre froide… Une anthropologie missionnaire qui est restée peu investie par les recherches contemporaines malgré son importance dans le recueil de données et dans l’activité théorique de cette discipline.

En savoir plus

 

Thèmes de recherche

  • Socio-histoire de l’anthropologie culturelle et physique

  • Église catholique et catégories raciale

  • Science et religion

  • Créationnisme et évolution

Mémoire de recherche

Entre science et politique. La correspondance de l’anthropologue et missionnaire Martin Gusinde (1886-1969), sous la direction de Morgane Labbé (CRH).

Ehess
CNRS

flux rss  Actualités

Aux sources des politiques sociales : décentrer l’histoire du welfare européen (XIXe-XXIe siècles)

Journée(s) d'étude - Lundi 5 novembre 2018 - 10:00Journée d'étude organisée par Eléonore Chanlat-Bernard (doctorante, CRH-ESOPP) et Federico del Giudice ((doctorant, CRH-ESOPP)Les échelles de la question sociale au XIXe siècle" est la première d'un cycle de trois journées d'étude organisé par Éléonore Chanlat-Bernard et Federico Del Giudice (doctorants EHESS, CRH-ESOPP) avec le soutien de l’IRIS "Études Globales" de l'université PSL et du Centre de recherches historiques de l'EHESS.Cette pre(...)

Lire la suite

Régulations économiques et sociales au XXe siècle

Journée(s) d'étude - Mercredi 4 avril 2018 - 09:00Le XXe siècle a été celui de la régulation économique et sociale de très grande ampleur, à l’échelle tant nationale que transnationale. Cette journée d’étude, organisée par Paul-André Rosental (Sciences Po-ESOPP), en abordera des aspects centraux (consommation, niveau de vie, protection sociale) dans un cadre comparatif entre Europe, États-Unis et Japon. Elle ne se contentera pas d’observer les modalités macropolitiques et macroéconomiques de(...)

Lire la suite

« Urgences » : ce que vaut le sauvetage de la vie humaine

Séance spéciale de séminaire - Mercredi 1 mars 2017 - 15:00Inscrits dans des logiques politiques et économiques, fondés sur des techniques et des savoirs médicaux, les dispositifs mis en place par les sociétés contemporaines pour porter secours aux individus en détresse vitale sont un observatoire de la valeur accordée aux vies humaines. Etudier les principes, ressources et pratiques des acteurs du secours, professionnels et bénévoles, permet de revenir sur l’élaboration de l’urgence comme c(...)

Lire la suite

ESOPP
Centre de Recherches Historiques - EHESS
54, boulevard Raspail
F-75006 Paris

Mail : esopp@ehess.fr

 

 

Illustrations :  ESOPP et CEDIAS-Musée social.

Dernière modification :
27 avril 2022 13h38